Pis Jeff, comment va ta préparation pour la Traversée du Lac en fatbike ?

Infovelo.com---fatbike-gaspe-jean-francois-tapp

« Pis Jeff, comment va ta préparation pour la Traversée du Lac en fatbike ?»

C’est de loin la question qu’on me pose le plus par les temps qui courent. Il faut avouer que le défi frappe l’imaginaire ! Traverser le Lac St-Jean en fatbike !

Disons qu’on imagine d’abord la natation, puisque la traversée qui y est pratiquée depuis 1955 est légendaire ! Un ami m’a même demandé comment j’allais faire pour y arriver en fatbike, ne réalisant pas que l’événement avait lieu cet hiver…sur la glace ! 🙂

Rappel du défi

La Traversée du Lac Saint-Jean à vélo est évidemment un clin d’œil givré à la traversée à la nage. Initiée par David Lecointre, directeur de la Véloroute des Bleuets en 2014, la Traversée du Lac-Saint-Jean à vélo propose une chevauchée de 32 kilomètres en plein hiver québécois.

Bon, je vois déjà des visages qui font une baboune (j’en ai vu plusieurs jusqu’à maintenant…).

Juste 32 kilomètres ? Défi banal pour un roadie entraîné (ou non) qui a l’habitude de franchir la distance en moins d’une heure. Ou pour le cycliste de montagne qui se l’offre en moins de deux heures…

Mais attention, on roule sur la glace et la neige ici. Et sur un balourd fatbike ! Le gagnant de l’an dernier, l’un des rares ayant complété l’épreuve, Érick Auger de Jonquière, a passé 3:34:43 sur son vélo pour compléter le parcours. On parle donc d’une performance sous les 10 km/heure pour le gagnant! Pas étonnant que seulement 25 % des dossards ont franchi le fil d’arrivée.

Heureusement, on peut se consoler avec les temps de 2015 qui ressemblent plus à ceux d’un raid de vélo de montagne. Mais quand même, la balade n’aura rien d’anodine !

Bref, c’est un défi à aborder avec humilité et ouverture !

Ma préparation

J’ai d’abord profité de l’automne 2016 pour prendre une pause d’entraînement. Sans être de ceux qui suivent un entraînement olympique, je sentais que des petits bobos méritaient d’être soignés. C’est malheureusement avec des résultats mitigés de mon jeûne que j’ai repris l’entraînement peu avant les fêtes.

Au programme, de 2 à 4 séances d’intervalles par semaine et une sortie de fatbike de 15 km et plus sur mon Chic-Chocs de Panorama Cycles, monture sur laquelle j’aurai la chance d’affronter le Lac! Ce «programme» s’ajoute aux autres activités régulières hebdomadaires (ski de fond, hockey, fatbike, stretching, course à pied, ski alpin) en solo ou en famille, étant papa de deux mousses de 2 et 4 ans.

Mes séances d’intervalles se font sur vélo de spinning (je donne deux entraînements/semaine au pavillon des sports local) et sur hometrainer (Tacx I-Flow pour les intimes).

Ceci dit, mon plan de match vise plus le mois de juin pour atteindre son apogée, alors on verra ce que cela donnera en février !

Je ne suis toutefois pas trop inquiet, ayant l’habitude des raids de 80 km et plus en vélo de montagne. Malgré l’ombrage de mon premier abandon lors d’une épreuve à l’été 2016, je garde en tête que je complète généralement les parcours que je débute!

Là n’est pas la question

Le défi physique s’avère de taille, mais là n’est pas la question ! En fait, ce n’est pas tant la gestion physique de l’épreuve qui m’apparaît comme un défi (espérant évidemment des conditions plus rapides que l’an dernier), mais bien la gestion de la météo et de l’habillement pour l’affronter! Il fait froid dans ma Gaspésie, mais à chaque fois que je regarde la météo du Lac Saint-Jean après mes sorties, il fait toujours plus frette là-bas ! Et c’est beau être au chaud, mais je transpire en svp!

Je suis toutefois parvenu à recréer certaines conditions du Lac en faisant des sorties sur la Baie de Gaspé (9 kilomètres linéaires de glace dans le vent, mais un terrain quand même moins exposé que la mer intérieure des bleuets, montagnes gaspésiennes ayant des vertus!).

Infovelo.com---fatbike-baie-de-gaspe

 

Jusqu’à maintenant, j’ai fait des sorties de deux heures, mais je n’ai pas encore eu l’occasion d’en faire de plus longues. Il faut toutefois dire qu’aussitôt qu’on met les pneus au sol en Gaspésie, il faut s’attendre à grimper. Ainsi mes sorties de fatbike de 10 km et plus comptent toujours au moins 400 mètres de D+, peut être que ça compense ? J’ajoute parfois ma mousseline de 2 ans dans son Chariot pour ajouter de la résistance, j’espère que ça compense aussi? 🙂

Bref, peut-être une humble compensation à l’effort, mais certainement pas à l’exposition au frette !

Trouver les bonnes combinaisons de vêtements

Alors mon défi du moment; trouver les bonnes combinaisons de vêtements pour survivre au Lac ! Mon carnet de notes cumule les barbouillis que je tenterai de vous rapporter bientôt ! En attendant, les expérimentations se poursuivent !

Et vous? Quelles sont vos astuces pour maintenir un certain confort dans vos expositions  sportives prolongées au froid?

 

 

Laisser une réponse

XHTML: Tags utilisables: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Vous souhaitez contribuer à ce site? Annoncer? Soumettre un article ou un communiqué?Écrivez-nous!